Skip to main content
Blog

Grossesse et parodontites

By 26 février 2020No Comments

Comment les problèmes de gencive chez les femmes enceintes présente un risque pour leurs nouveau-nés.

 

Les femmes qui développent des infections buccales graves et qui souffrent de saignements des gencives lorsqu’elles sont enceintes ont plus de chances d’accoucher prématurément si elles ne traitent pas l’infection.

Jusqu’à 70% des femmes développent une inflammation des gencives, ou gingivite, pendant leur grossesse. Elle est communément appelée gingivite de grossesse, ou gingivite gravidique. Cela est dû aux changements dans les niveaux d’hormones d’une mère pendant la grossesse. Cela favorise une réponse inflammatoire qui augmente le risque de développer d’un problème parodontal.

Les parodontites produisent des inflammations des structures autour des dents: les gencives, les ligaments et les os. Ils peuvent provoquer des saignements des gencives et dans les cas graves, une perte de dents.

Le défi est que peu de mères recherchent un traitement dentaire pour les saignements des gencives pendant la grossesse. Et les cliniques prénatales accordent peu d’attention, voire aucune, à l’état de santé bucco-dentaire de la mère. En conséquence, cette complication passe souvent inaperçue.

Nos recherches montrent que l’incorporation d’un test rapide inclus dans les examens prénataux de routine pourrait aider à diagnostiquer les problèmes parodontaux. Le test est simple et peu coûteux et est largement utilisé comme test de diagnostic pour la maladie parodontale.

Si le test est mis en place avant l’examen du patient, il peut fournir un résultat au moment où son examen est terminé. Cela alerterait les prestataires de soins prénataux du risque de résultats défavorables de la grossesse. Les mères peuvent ensuite être référées à une clinique dentaire pour un traitement rapide afin de réduire leur risque.

Bébés prématurés

Dans le monde, environ 6,9 millions de bébés meurent à cause de la prématurité. Beaucoup en raison de leur faible poids à la naissance. Aux États-Unis, environ 7% des bébés naissent avec un faible poids à la naissance tandis qu’au Royaume-Uni, ce chiffre se situe à 6%.

Mais en Afrique, jusqu’à 12% des bébés naissent avec un faible poids à la naissance. En Afrique du Sud, les décès néonatals représentent environ 40% de tous les décès d’enfants de moins de 5 ans. En Angola et en République centrafricaine, près de 100 bébés sur 1000 meurent dans les quatre premières semaines de la naissance. Ce sont les taux de mortalité infantile les plus élevés au monde. Cela se compare au Royaume-Uni et aux États-Unis où seulement sept nourrissons sur 1000 meurent au cours des quatre premières semaines de vie.

Des études ont établi un lien entre les bébés nés prématurément et de faible poids à la naissance, les habitudes tabagiques de leur mère et son origine ethnique. D’autres facteurs ont également joué un rôle, comme l’âge de la mère, si elle a déjà accouché d’un bébé de faible poids à la naissance, si elle a eu des complications de grossesse et le type d’accouchement qu’elle a eu.

Certaines recherches ont trouvé un lien entre l’inflammation parodontale et les résultats indésirables de la grossesse, mais d’autres études n’ont pas pu établir un lien concluant. Aucune de ces études n’était réalisée dans un pays en voie de développement.

Mais nos recherches en Afrique du Sud et au Rwanda ont trouvé un lien entre les mères atteintes d’un problème  parodontal et qui accouchent de bébés prématurés en insuffisance pondérale. Notre étude a été la première en Afrique à lier les problèmes parodontaux à l’accouchement avant terme.

Ce que nous avons trouvé

Dans le cadre de nos recherches, nous avons réalisé deux études. L’une s’est concentrée sur les femmes enceintes lors de leurs visites prénatales dans les unités obstétricales maternelles du Kwazulu-Natal. L’autre a examiné les mères admises dans les salles de travail de l’hôpital rwandais de Butare.

Une étude a montré qu’il y avait une forte probabilité qu’il y ait une issue défavorable à la grossesse lorsqu’une mère était diagnostiquée cliniquement d’un problème parodontal. Ceux qui n’avaient pas de parodontite étaient plus susceptibles d’avoir des résultats de grossesse normaux.

L’autre étude s’est concentrée sur les spécificités des bactéries associées aux problèmes parodontaux.

Dans le système immunitaire, il existe deux ensembles de protéines appelées cytokines, qui régulent la réponse du corps à une inflammation. Il existe des cytokines pro-inflammatoires et des cytokines anti-inflammatoires. Dans les grossesses normales à terme, les protéines qui encouragent l’inflammation dans le corps sont régulées par celles qui rejettent l’inflammation. Cela empêche le corps de développer une inflammation et de rejeter le fœtus.

Mais nos études ont confirmé que lorsqu’une femme souffrait d’un inflammation parodontale, il y avait un déséquilibre dans ces protéines qui pouvait créer une inflammation dans le corps de la femme et induire un travail prématuré.

Modification des modèles de test

Si le problème parodontal est diagnostiqué précocement chez la femme enceinte, il a moins de chance d’avoir un impact sur son accouchement.

Les enquêtes sur les habitudes de pratique des obstétriciens dans d’autres pays montrent qu’il y a une prise de conscience croissante du lien entre les inflammations parodontales et les issues de grossesse défavorables.

Mais on ne fait pas assez pour forger la collaboration entre les prestataires de soins prénatals et les professionnels de la santé bucco-dentaire.

Les obstétriciens soutiennent qu’ils n’ont pas le temps d’effectuer des examens oraux lors des consultations prénatales. Et, soutiennent-ils, ceux-ci seraient mieux exécutés par les agents de santé bucco-dentaire.

Article de Charlène AFRICA, Université de Western Cape. Traduit par le Docteur GALLESE E. http://theconversation.com/how-gum-disease-in-pregnant-women-poses-a-risk-to-their-newborns-55484?fbclid=IwAR3AdHDx_7yX-qyc4qwvdEnL9dvnnGbS_yx2zyJVQ4jTQH95qLC3O9s6g-k